La campagne pestilentielle

Publié le par Sylvie Buset

Nous sommes à un mois jour pour jour du premier tour des élections présidentielles et nous connaissons maintenant la liste définitive des candidats qui ont obtenu les 500 parrainages d'élus de la République nécessaires pour pouvoir postuler à la Présidence de la France :
      imagesCAD5ONKS
         
Ainsi donc le Front National a réussi à obtenir ses 500 signatures. L'obtention de ces parrainages allait de soi bien entendu, pour une candidature représentant aux environs de 20% de votes potentiels. Pour autant, les chantages de l'oligarchie à l'encontre des maires qui parrainent le Front National, déjà dissuasifs lors des élections précédentes, se sont accentués du fait de la nouvelle dépendance des villes et des villages aux récentes "Communautés de Communes" mises en place par l'UMP. Cette candidature donc, n'allait de soi que dans une République démocratique digne de ce nom. Il eut été véritablement anti-démocratique qu'une candidature bénéficiant de la 3ème position dans les intentions de vote, n'aie pu être validée par le Conseil Constitutionnel. Le Front National est finalement candidat et légitimé, et ce ne fut pas sans peine ni sans force combats médiatiques, déplacements ou appels téléphoniques.

Dans cette bataille aux parrainages, certains n'ont pas survécu, comme notre ami Dominique de Villepin, fameux va-t-en guerre qui n'avait pour seul programme que la destitution de Sarkozy. Avec le recul, plus l'on comprend le personnage Sarkozy, plus l'on finit par trouver une sorte de légitimité à la bataille désespérée de Dominique De Villepin, tant il est vrai que si le Président Chirac dont il fut le Premier Ministre s'est véritablement laissé bercer durant ses deux mandats présidentiels, il n'a tout de même pas vendu la France à un tel point, aux financiers, au Qatar, à l'UE, à l'OTAN.
  
François Asselineau, qui défendait au détail près les idées de Marine Le Pen tout en se trompant d'adversaire puisqu'il s'évertuait à la critiquer, n'a pas survécu non plus.       
 
Abondon notable également celui de Corinne Lepage pour l'écologie. Sa concurrente directe Eva Joly, qui avait joliment prononcé les mots "Je l'emmerde" à l'encontre de Corinne Lepage, se croit sans doute soulagée d'un petit poids. Or pour l'une comme pour l'autre la récolte est bien maigre. Toutefois elle ne semble pas poser de problèmes à Eva Joly.   
 
Car on sait bien que le PS invente un ou plusieurs partis ou associations pour chaque problème de société, récupérant ainsi lors des élections présidentielles les voix des béats-dépendants. Nos pastèques (vertes à l'extérieur, rouges à l'intérieur) font partie de ces reporte-voix sans conditions, ou plutôt en échange d'un poste à l'Assemblée. Un semblant de représentation pour leur "parti" car face aux magouilles du PS ces voitures-balais ne peuvent avoir suffisamment d'importance pour modifier le cours des décisions. La candidature d'Eva Joly est donc une candidature fantaisiste parrainée par le PS. Madame Joly pourra donc siéger à l'Assemblée Nationale après les législatives. C'était son ambition pour la France.
   

Autre voiture-balai du PS, le Front de Gauche. Ils y ont installé Terminator Mélenchon, 31 ans de bons et loyaux services à la Socialocratie, député PS jusqu'en 2008, subitement reconverti à ses premières amours, le rouge foncé. Mélenchon fin connaisseur de toutes les combines du PS, fait mine aujourd'hui de représenter "ceux qui ont dit non à la Nouvelle Constitution". Son programme affiché ? Contre l'UE pour l'UE, contre l'euro pour l'euro, contre Bruxelles pour Bruxelles, pour les immigrés contre Israël. Leur vrai programme ? Il y en a un, traiter Marine Le Pen de tous les noms. Et le P'tit Chef dit au Peuple "place au peuple, l'humain d'abord, prenez le pouvoir, tous à la Bastille, révolution, insurrection" et la foule bave aux lèvres, excitée par son idole, le suit vers l'abattoir en chantant l'Internationale. Beau travail de sape de la démocratie, car ces néo-révolutionnaires ou pseudo-révolutionnaires seront par leur nouvelle idole appelés à voter PS au second tour bien entendu.

 

Tout ceci serait somme toute comique si les appels à la haine constants de Monsieur Mélenchon contre le Front National ne se traduisaient chez les esprits fragiles par une réelle volonté de meurtre. On ne compte plus les tabassages des colleurs d'affiche Front National par exemple. Mais il y a pire. Deux journalistes Front de Gauche, l'un travaillant pour Médiapart, l'autre pour le Nouvel Observateur, deux journalistes donc, qui ont en leur pouvoir la capacité d'influencer l'opinion, se sont particulièrement vautrés dans l'imbécillitude en menaçant de mort le Directeur de Campagne du Front National Louis Aliot sur Twitter. Ceci est particulièrement inadmissible et nous prouve à quel point la gauche est fachiste et immonde. Disons-le une fois pour toutes, le fachisme est de gauche, et communisme rime avec antisémitisme. Staline, Mussolini, Hitler (nat. socialisme), Mao, Castro, King-Jong Il... n'étaient-ils pas de gauche ?    
      
On sait que les présidentiables sont tous plus ou moins menacés de mort par des esprits dérangés, arrêtés et jugés pratiquement sur place (en comparution immédiate). Mais ces deux-là n'ont à ce jour pas été inquiétés et pourtant, on pourrait leur décerner la Palme d'Or de l'abject.       
   
Opportunément apparaît aujourd'hui un article dans l'Express nous relatant des menaces de mort sur la personne en charge de contrer le FN au Front de Gauche. Aucune preuve ni certitude contrairement aux menaces contre Louis Aliot qui elles, n'ont pas été relayées par la presse. Pas plus que les propos négationnistes de Mélenchon qui auraient coûté cher au Front National. Par contre on fait paraître en pagaille des textes truffés d'amalgames incohérents avec une droite extrême, pour décridibiliser le Front National. On insulte, même. On se souvient du "c'est dégueulasse" d'une journaliste de France Inter. "C'est dégueulasse". Pitié pour le journalisme.
  
Ainsi va la campagne du côté gauche, le PS nous sortant des mesurettes, des annonces, des changements, des démentis à telle ou telle caste sur leurs vraies intentions, indiquant aux uns ou aux autres mais pas au peuple qu'ils ne cherchent qu'à gagner des voix pour la présidentielle, des mots, donc du vent, et pas de programme réel. Juste un peu de poudre aux yeux déversée sur quelques pages.
     
Du côté droit, au vu des difficultés à contrer le PS, Sarkozy a réuni ses dispersés. Frédéric Nihous, Hervé Morin, Christine Boutin, tous insultants et vindicatifs contre le Président, ont sagement regagné l'UMP en échange d'une promesse quelconque. Même shéma. Il y a ce qu'on dit, qu'on ne fera pas, et ce qu'on fait, qu'on ne dira pas. Rien à retirer au talent manipulateur de Pinocchio. Il tourne le dos à Merkel mais lui dirait probablement ensuite "Je me suis trompé, je ne recommencerai pas". Jusqu'en 2013 où la Chancelière sera sans aucun doute démise de ses fonctions par le peuple allemand, et où nous aurions sur les bras l'incompétence effrayante d'un Sarkozy n'ayant rien venu venir mais "faisant face à la crise".   
 
Dans l'attente il continue de faire et de dire n'importe quoi, nomme Trichet, un des principaux responsables du fiasco de l'euro, Directeur à la Banque de France, nous promet un budget à l'équilibre pour 2016 (encore des mots, toujours des mots...) ou décore ses amis... Car pour rester Président et continuer de bénéficier de l'immunité du Chef de l'Etat, notamment pour éviter d'être confronté à l'affaire Karachi, il connait ses amis qui eux connaissent ses talents de menteur et comédien et le lui rendent bien.  
  
Aucun projet réel. Ni vision pour la France, ni programme. Il n'en a pas besoin, son programme il le pique aux uns et aux autres en fonction des sondages, pour leur piquer des voix. C'est tout sauf honnête mais c'est ainsi que ce Monsieur fonctionne. Sa seule vision de la France est d'être Président. Pour le reste il courbe le dos devant l'Allemagne, suivant les conseils avisés des banksters. Il est vrai que l'Allemagne a autant de pauvres qu'en France mais au moins ceux-là, ils travaillent. L'Allemagne. Pétain aussi avait trahi la France en signant un pacte avec l'Allemagne.  
  
Le journaliste est gentiment traité de "couillon", certes avec une tape sur l'épaule pour rattraper la gaffe devant les caméras. Toujours aussi grâcieux et maître de lui-même notre Président, qui avait dit tout aussi gentiment "casse-toi pov' con" ou défié de façon un peu plus guerrière les pêcheurs de venir lui dire en face on ne sait quoi...  
  
Le fait est qu'il n'est pas le seul présidentiable à manier la réthorique de la vulgarité. Nous avons parlé d'E. Joly précédemment dont on connait par ailleurs son respect pour le peuple, nous avons aussi notre tribun Mélenchon bien sûr, qui comme tout bon fils de gauche n'a que la diffamation pour exister.      
 
Vulgaires donc ces présidentiables, mais surtout incompétents. Aussi serait-il stupide de remplacer encore et toujours la droite par la gauche et l'inverse, ou passer par le Centre qui n'est que le centre de la même politique. Dans les pays de l'UE qui ont opté pour les chaises musicales face à la crise, la situation continue d'empirer. La Grèce tombée, les banksters n'attendent que le moment opportun pour ruiner l'Espagne, puis le Portugal, l'Italie.. Avec l'UMPS, après les élections et pour la France aussi, régime grec assuré.  
  
Ainsi donc va la campagne. On tire à boulets rouges sur l'adversaire pour éviter de formuler sérieusement des propositions car en réalité, cette campagne n'est qu'une mascarade d'incompétents qui donneront les manettes de la France à Bruxelles. Seule Marine Le Pen peut faire changer le destin programmé de la France. Les sondages l'ont bien compris qui jour après jour et plusieurs fois par jour nous donnent des résultats manipulés pour tenter désespérement d'influencer encore l'opinion. Car les instituts de sondages, appartiennent aux grands groupes financiers du CAC40, MEDEF ou Vincent Bolloré, qui craignent particulièrement une remise en question de leurs privilèges de grands patrons.    
    
Dans ce fatras d'incapables seul le Front National propose de réelles solutions, qui sont automatiquement qualifiées au mieux d'irréalistes, au pire de dégueulasses, par les traitres à la Nation. Seul le Front National défend avec vigueur le patrimoine de la France et l'unité nationale en considérant tous les français de la même façon, et non par couleur ou communauté de confession, et prône le respect des lois de la République par tous, pour le bien de tous et l'harmonie entre les citoyens. Dans cette campagne d'imposteurs, seule Marine Le Pen propose un avenir à la France.    

Publié dans L'INFO DE LA BUSETTE

Commenter cet article